SP4 Belvis Aude.

16 new photos added to shared album

https://photos.google.com

Cette époque où les explorations du SP4 étaient opportunistes… Déjà 20 ans, mais à ce moment là de notre jeunesse, nous nous imaginions en train de courir dans les galeries sous la montagne du Picaussel. Et même ressortir à l'Escale par la résurgence du Blau.  Nous en étions très proche, c'est certain, entre la perte du Roubénédou et le Barrenc du SP2. Une page est tournée avec ces  anciennes photos,  mais les forêts et les lapiazs du plateau de Sault sont toujours  à explorer.

 

 

 L'entrée du Barrenc du SP4 est ouvert un jour de juillet 1991 par Thierry Bonnel et Christophe Bataillé. Un courant d'air intermittent (de volume) sous un petit porche d'une ancienne perte bien colmatée.
La suite des explorations se succèdent jusqu'en 1996 environ et un total de presque 300 sorties nécessaires (désobstruction, exploration, photographie, relevés, escalade, spéléo secours, équipement, visites etc)
Outre les 2 inventeurs et  les membres du SCA  qui permirent avec de très gros moyens de franchir un certain nombre de méandres étroits et longs. Passages clefs des méandres de -15, -50, -70 de -90, et enfin la grande trémie de -200 où Patrick Géa (GERSAM) força le passage avec une grande témérité.
Ce jour même l'équipe accède alors au réseau secondaire de galeries d'un petit actif jusqu'à la côte -220. Dans cette même partie, et ce n'est que plusieurs années après, que les 2 inventeurs reviennent et pompe un passage siphonnant de l'actif en explorant une partie de galeries sans suite et annexes à l'actif.
Mais l'essentiel du réseau de -200 est en fait derrière un petit passage ouvert juste après la trémie, le courant d'air de volume étant focalisé à ce niveau. Galeries puis une grande salle déclive, où plusieurs escalades sans suite, marque la fin du gouffre… La suite très étroite et aquatique au fond d'un petit réseau annexe à la salle terminale… Le courant d'air n'est alors que très diffus à -230.  Un fond à -264 est toutefois marqué au bas d'un grand puits sans suite à côté de la grande salle.